Rue de la Lune (Prose du bitume 5)

rue de la lune

Cette rue, j’ai eu du mal à la trouver. Quand je l’ai trouvée, j’ai compris pourquoi : elle est minuscule, la plus petite rue que j’aie décrite ici, et peut-être la plus petite rue que j’aie jamais vue. Elle mesure exactement deux pas en largeur et 20 pas en longueur.

On accède à la Rue de la Lune en laissant derrière soi une place bordée d’arbres (des platanes ?) uniquement du côté gauche. Il n’y a pas de bancs. Derrière moi, deux hommes parlent très fort, parfois ils chantent. Quelqu’un a sorti une chaise dehors, devant la porte d’entrée d’un immeuble donnant sur la place.

Dire que la Rue de la Lune est sale équivaut à ce que les anglais veulent dire par « understatement ». C’est une véritable poubelle ! En plus d’être une impasse. J’hésite un peu à aller jusqu’au bout, j’ai peur que quelque chose me tombe sur la tête.

Par je ne sais quelle fenêtre ouverte, quelqu’un coupe quelque chose à la scie. Les pigeons s’approchent de plus en plus de moi, ils sont de plus en plus nombreux, j’ai l’impression d’être entourée par les oiseaux d’Hitchcock.

Je me ressaisis et je me mets à l’observation méticuleuse de cette sale impasse.

Du côté gauche de la rue, trois immeubles, collé l’un à l’autre, le premier à la façade jaune, le deuxième rouge brique, le troisième d’un beige sale, indéfinissable. Juste devant moi, le mur arrière d’un immeuble à trois étages (je sais qu’il y a trois étages parce qu’il y a trois fenêtres aux volets en bois fermés). A droite, un immeuble de quatre étages avec une terrasse au-dessus et un mur très haut, au moins sept mètres, voire plus, je ne sais approximer ni distances, ni hauteurs.

J’avoue que je ne suis pas très à l’aise dans cette rue, je me retourne souvent.

J’avance un peu, une tranche d’ananas séchée par terre, un emballage de bonbon, des bouteilles et un sac en plastique, un mouchoir usagé, le dessin froissé d’un enfant, des instructions d’utilisation pour un appareil (je ne sais pas quel sorte d’appareil c’est, je n’arrive pas à lire).

A gauche, il y a aussi la porte marron d’un grand garage. A ma grande surprise, pas de graffiti.

Une petite brique de nectar de naranja à moitié écrasée, un balai, une assiette jetable à moitié brûlée, des gobelets, des vêtements, une nappe, une serviette verte, un gros sac en plastique blanc, une boîte de lessive, une boîte de chaussures Nike (vide).

A cet instant, j’entends une grosse voix derrière moi, quelque part de l’autre côté de la place :

– Madame ! Mademoiselle ! Vous voulez un renseignement ?

– Non, non, merci, ça va.

– Vous me dites, hein… y a pas de problème…

Je continue, il y a encore beaucoup de choses par terre : des ballons, une petite bouteille de yaourt à boire dont le contenu éclabousse les pavés, deux boîtes de jeux (sur la première j’arrive à lire « nenuco » et son couvercle représente un ciel d’un bleu idylliquement parsemé de nuages ouatés ; la deuxième c’est un jeu qui utilise des cartes, mais je ne vois aucune inscription sur la boîte).

J’avais prévu de filmer la cinquième rue de cette série, mais là, tout de suite, j’ai un peu la trouille de sortir ma caméra.

Je regarde autour. Plus personne. Je fais quelques pas sur la place, mais si, il y a des bancs, ils sont en pierre et ils se confondent un peu avec les pavés, c’est pour ça que je ne les avais pas vus au début.

Allez !

Ma caméra ne veut pas s’allumer ! J’ai oublié de charger la batterie !

Mince !

Je sors mon téléphone.

Voici le résultat :

(De retour chez moi, je me rends compte que ce n’est pas possible de mettre directement une vidéo sur ce site hébergeur. Je la mettrai donc lorsque j’aurai trouvé une autre solution).

Je m’aperçois à la fin que j’ai complètement oublié de regarder l’heure. Tant pis !

Je ne ramasse surtout rien par terre et je m’en vais.

2 réflexions sur “Rue de la Lune (Prose du bitume 5)

  1. J’aime beaucoup cette tranche de ruelle. En 5 proses, il y a une géographie qui se dessine…
    Il faut que je secoue ma paresse et que je glisse une prose du bitume sur ma liste-à-faire-pas-faite. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.