Balades d’un bébé en poussette (1)

  Les compte-rendus de quelques balades matinales, à Perpignan, avec Naël, bébé calme et curieux. A la différence des autres projets d’exploration urbaine (dont vous pouvez avoir un aperçu ici), j’avais envie cette fois-ci d’observer davantage les gens, leur apparence, ce qu’elle peut cacher, leurs regards et, de façon générale, la façon dont on peut…

Politesse élémentaire

Rue piétonne et pavée dans le centre d’une grande ville. Une jeune maman sort d’une supérette, toute énervée. Elle dispute son fils d’une douzaine d’années, qui est déjà monté sur sa trottinette, prêt à se lancer dans la rue. « Quand tu entres dans un magasin, tu dis Bonjour monsieur, Au revoir monsieur » ! Le fils…

Rue de l’Enfer (Prose du bitume 1)

Petite rue pavée, près du centre-ville. Pour la traverser sur toute sa longueur, il faut faire exactement 44 grands pas et cela prend 25 secondes. Beaucoup de gens passent devant moi. Une jeune femme en jean blanc très moulant porte un sac en papier rose portant l’inscription en majuscules LEONE. Un couple de jeunes, dont…

C’est pas mal

La langue française a ceci de particulier, de nos jours au moins, qu’elle fait un usage extravagant et à tout va de la litote. Une litote que je qualifierais de maniaco-dépressive car non seulement elle entraîne un scepticisme au goût amer, mais aussi un état de coincé goût citron. En plus d’empêcher un sentiment tout…

Diesel

Milieu de matinée, beaucoup de circulation dans la rue. Deux hommes fument devant un magasin de figurines et jeux de société, l’un appuyé contre la vitrine, l’autre devant lui, de l’autre côté du trottoir. A quelques mètres de là, un chauffeur appuie plusieurs fois sur l’accélérateur de son 4×4 à l’arrêt et produit, ce faisant,…

Le néant

Dans un magasin de décoration intérieure, un jeune homme parle à sa copine qu’il tient par la main, pendant que tous les deux regardent goulûment les objets sur les présentoirs : « De toute façon, je sens que dans notre maison ça sera pas le néant ! »

La trahison

Dans un magasin de vêtements, une grosse femme faussement blonde parle très fort et très passionnément au téléphone portable, tout en fouillant goûlument dans les vêtements accrochés aux cintres : « Mais non, moi je ne t’ai jamais trahie ma chérie ! »