Le sexe et la langue

jambon ou fromage

© ? (Tableau accroché dans une brasserie à Strasbourg)

Dans le Dictionnaire de l’argot édité par Larousse en 1996, on trouve exactement 68 mots pour désigner le pénis. On en voit de toutes les couleurs, la liste étant tout simplement savoureuse :

arbalète, ardillon, article, asperge, asticot, biroute, bistouquette, bite, bout, brandon, braquemart, burette, chandelle, chibre, chinois, chipolata, chopine, clarinette, coquette, crayon, dard, darrac, défonceuse, engin, flageolet, frotteuse, gaule, gland, goupillon, gourdin, guiche, guiguite, guisot, jacquot, jean nu-tête, Jésus, macaroni, matraque, merguez, nœud, nouille, outil, paf, panais, pinceau, pine, poireau, polard, popaul, quéquette, queue, quique, quiquette, radis, sabre, scion, tébi, teube, tige, tricotin, trique, vier, zeb, zifolet, zigouigoui, zizi, zob

Par contre, pour le sexe féminin, il n’y a que 36 entrées :

abricot, as, baigneur, baquet, bégonia, bénitier, bijou, bonbon, boutonière, centre, chagatte, chat, chatte, cicatrice, cramouille, craquette, fendasse, fente, figue, foufoune, foufounette, founette, fri-fri, greffière, grippette, lac, moule, mouniche, nénuphar, pâquerette, pays-bas, potage, terminus, teuch, zigouigoui, zizi

Vaut-il maintenant la peine de se demander pourquoi ? D’une part, pourquoi le sexe masculin suscite plus d’imagination et de délire nominatif que le sexe féminin ? Et d’autre part, pourquoi cette folie nominative de l’espèce humaine à l’égard du sexe ?

A la première question, la réponse est simple : l’homme aura toujours la suprématie, quoi qu’elle fasse, la pauvre femme ! Un peu simpliste comme explication ? Peut-être. N’empêche que même dans notre époque ultra-moderne et contemporaine, la femme se retrouve, bien plus souvent qu’on ne le pense, aux casseroles.[1]

A la seconde question, il faudrait d’ores et déjà en ajouter une troisième : cette obsession pour le sexe, est-elle spécifique à la langue des humains en général, ou bien à la langue française en particulier ? Si l’on juge selon les deux autres langues que l’auteur de ces lignes parle plus ou moins couramment – i.e. l’anglais et le roumain – on peut déduire que oui, en effet, cette obsession du sexe apparaît dans toutes les langues (enfin, les trois citées ici) et qu’elle dépasse même largement les 68 entrées masculines et les 36 féminines répertoriées dans Dictionnaire de l’argot édité par Larousse en 1996. Car il y a 132 façons de dire pénis en anglais et plus d’une centaine pour le sexe féminin si l’on juge d’après les divers sites (pas nombreux) qui m’ont servi de dictionnaire de slang inversé. En roumain, la culture populaire nous présente 116 façons de dire pénis contre 71 pour le truc féminin.[2]

Oui, mais bon, me direz-vous, le français, c’est la langue de Sade, voyons, c’est plus raffiné, c’est la langue d’Apollinaire et de ses onze mille verges et la langue de je ne sais plus qui d’autre ![3]

Et puis, le sexe, c’est mystérieux, ça attire, ça donne la folie, forcément ça a des répercussions sur la langue !

Quoi qu’il en soit, puisqu’on n’est pas là pour donner des réponses, mais surtout pour poser des questions, même des questions bêtes, je me permets une petite dernière : comment sera-t-il possible, après avoir pris connaissance de la liste mentionnée plus haut, de rester sérieux en lisant des phrases comme « Un chinois mange un millefeuille », « La clarinette baigne dans le bénitier », « Le pinceau mouille dans le lac » ou bien « Jésus arrive au terminus » ?

Pour ma part, la prochaine fois que j’irai dans une église, je verrai les choses dans une toute autre lumière.


[1] Les féministes peuvent ici, si elles/ils le désirent, marquer une pause pour se révolter.

[2] Il faut également remarquer qu’on dira beaucoup plus facilement le mot « pénis » – d’ailleurs le même mot existe et anglais (penis) et en roumain (penis) – que le mot « vulve » qui, franchement, ne sonne pas très joli. Et d’ailleurs, est-ce que c’est vraiment comme ça qu’on dit pour le sexe féminin ?

[3] Mes références en littérature érotique sont assez limitées, j’avoue, mais dès que je finis d’écrire cet article, je cours me documenter davantage, au moins pour avoir l’air moins con.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.