Balades d’un bébé en poussette (1)

  Les compte-rendus de quelques balades matinales, à Perpignan, avec Naël, bébé calme et curieux. A la différence des autres projets d’exploration urbaine (dont vous pouvez avoir un aperçu ici), j’avais envie cette fois-ci d’observer davantage les gens, leur apparence, ce qu’elle peut cacher, leurs regards et, de façon générale, la façon dont on peut…

HOWGH (Pli sélectif 1)

  Après-midi venteux d’octobre sur une place jonchée de déchets, comme souvent les jours de marché. Attablés en terrasse devant un espresso fumant, deux indiens discutent paisiblement. Le premier a des plumes dans les cheveux et le nez aquilin. Le deuxième a le nez en forme de bec d’aigle et les cheveux pleins de plumes.…

La porte d’Alice

Elle est toute petite, bien évidemment, elle ne doit pas dépasser 1.50m de hauteur. Et parfaitement invisible à l’œil pressé. La preuve : je suis passée un certain nombre de fois devant sans la voir. Jusqu’à ce matin. Ce matin il y a beaucoup de vent et il fait frais. C’est déjà l’automne. Je ne sais…

Les poireaux et les méandres de la toile

La semaine dernière j’ai acheté trois poireaux au marché, j’en ai utilisé deux pour faire une soupe et il m’en reste un et je voulais faire une espèce de cake, ou un truc différent, j’ai envie d’essayer quelque chose de nouveau. Alors je vais sur internet, rien de plus simple, je vais taper « cake poireaux »,…

Rue de la Lune (Prose du bitume 5)

Cette rue, j’ai eu du mal à la trouver. Quand je l’ai trouvée, j’ai compris pourquoi : elle est minuscule, la plus petite rue que j’aie décrite ici, et peut-être la plus petite rue que j’aie jamais vue. Elle mesure exactement deux pas en largeur et 20 pas en longueur. On accède à la Rue de…

Rue de la Main de Fer (Prose du bitume 4)

J’arrive à peine dans la Rue de la Main de Fer que je suis perturbée dans mon entreprise observatrice par un couple d’anglais qui marche tout doucement. Un monsieur âgé, bien portant, cheveux blancs (il me fait penser à Père Noël) fait la visite guidée du quartier à son accompagnatrice, une dame avec un chapeau…

Rue de l’Enfer (Prose du bitume 1)

Petite rue pavée, près du centre-ville. Pour la traverser sur toute sa longueur, il faut faire exactement 44 grands pas et cela prend 25 secondes. Beaucoup de gens passent devant moi. Une jeune femme en jean blanc très moulant porte un sac en papier rose portant l’inscription en majuscules LEONE. Un couple de jeunes, dont…