37 choses qui me font apprécier mes 37 ans

Le temps passe, j’ai 37 ans aujourd’hui. Déjà.

Plutôt que de me dire que je n’ai que 37 ans et de faire une autre liste de 37 choses que j’aimerais faire avant de mourir (en sachant que sur la liste précédente, je n’ai pas beaucoup avancé), j’ai envie d’énumérer quelques-unes de ces petites choses du quotidien qu’on aimerait toujours garder près de soi, des impressions, des odeurs, des sensations, des images, ces petits riens qu’on apprécie de plus en plus avec le temps qui passe.

  1. l’odeur du café le matin, souvent accompagnée de l’odeur du pain grillé et du bourdonnement de la radio qu’on écoute à peine, contente de commencer une nouvelle journée mais ressassant encore les rêves de la nuit ;
  2. écouter (et chanter en même temps) une belle chanson dans la voiture en allant au travail, une de ces chansons qui vous donnent la pêche pour la journée, surtout après avoir supporté dix longues, interminables minutes de publicité et après avoir changé trois fois de chaîne, regrettant toujours que le vieux CD player de la voiture ne fonctionne plus ;
  3. les croissants chauds, la crème pâtissière, les petits gâteaux aux noix, les moelleux au chocolat ;
  4. l’envie de crier « Victoire ! » lorsqu’un de ses élèves a enfin compris l’emploi du present perfect;
  5. manger des crêpes un vendredi soir, quand on n’a plus rien dans le frigo parce que c’est la veille des courses, les manger goulûment, en s’en mettant plein de chocolat partout ;
  6. faire une bonne sieste l’après-midi, malgré les dizaines de copies à corriger qui s’entassent sur le bureau et les cours à préparer et le linge qui déborde de la panière et la vaisselle qui s’entasse dans l’évier ;
  7. se mettre de la crème sur le visage le matin, remarquer les nouveaux rides, sourire et se dire que vieillir n’est pas peut-être pas une si mauvaise chose que ça ;
  8. allumer l’ordinateur, ouvrir de façon très décidée le fichier « Textes pour Bastramu », avoir une idée qui s’annonce pas mal, aller au bout de cette idée, écrire quelques lignes, relire, effacer, réécrire, corriger, publier ;
  9. écouter les Papous dans la tête le samedi soir et essayer de deviner l’auteur dans le jeu « Diagnostic littéraire à l’aveugle » ;
  10. sortir sur le balcon le matin, aux premiers jours du printemps, quand le soleil se lève plus tôt et le merle dans le jardin fait déjà ses vocalises, inspirer profondément, anticiper la chaleur de la journée, se dire que l’hiver avec son froid morose est loin derrière et que l’été ne saura pas tarder ;
  11. boire une bonne bière le vendredi soir, surtout après une dure journée, faire des projets pour le weekend, savourer ce petit instant de pseudo-liberté retrouvée ;
  12. commencer un nouveau livre, plonger dans une intrigue qui s’annonce passionnante, regarder le nombre de pages, être contente des 300 pages de plaisir en perspective ;
  13. pétrir une pâte, enfoncer les doigts dans cette matière molle et élastique, mettre plein de farine partout, se dire avec une inexplicable satisfaction que je fais les mêmes gestes que ma grand-mère il y a vingt, trente, cinquante ans ;
  14. trouver une belle petite chose par terre, une carte de jeu, un caillou, un morceau de plastique, la mettre dans la poche en se disant que j’en ferai quelque chose même si, souvent, je n’en fais rien ;
  15. écouter les perles de ses élèves quand on essaie de faire de la grammaire, rigoler de bon cœur, regretter de devoir reprendre le cours ;
  16. faire une petite blague en plein milieu du repas de midi avec les collègues, croiser le regard de la personne en face qui s’éclate de rire, prolonger le regard, savourer la connivence ;
  17. croiser par hasard en ville une personne que l’on n’a pas vue depuis longtemps, passer une demi-heure à discuter de tout et n’importe quoi ;
  18. décider de se remettre au sport, s’y tenir pendant une semaine, abandonner, se remettre à dévorer des crêpes le vendredi soir ;
  19. mettre ses vieux dr Martens avec une robe noire et se sentir très jeune et rebelle dans sa tête ;
  20. observer les gens dans la rue, dans le parc, dans les salles d’attente, dans le bus, essayer de passer au-delà de ce qu’ils veulent montrer au monde ;
  21. se glisser le soir dans des draps tout propres, qui sentent encore le soleil et le vent, s’installer confortablement avec le bouquin du numéro 12, savourer quelques pages, s’endormir au bout de dix minutes car les journées à 37 ans sont si bien remplies ;
  22. s’étonner, s’émerveiller encore et toujours de la gentillesse des étrangers croisés dans la rue ;
  23. discuter du temps qu’il fait avec la boulangère, le maraîcher, la factrice ;
  24. marcher pieds nus sur le carrelage frais ou bien dehors, sur l’herbe mouillée ou sur le sable ;
  25. l’enthousiasme, l’excitation le jour d’un grand départ en vacances ou d’un grand voyage ;
  26. croiser le regard d’un homme dans la rue, un homme qu’on trouve beau, attirant, le regarder à son tour droit dans les yeux, se sentir désirée l’espace d’un instant, continuer son chemin en se souriant à soi-même ;
  27. se prendre la tête pour trouver le menu parfait pour une soirée entre amis, fouiller ses livres de recettes, faire des recherches sur Internet, trouver enfin ce qu’on cherche, se mettre aux fourneaux avec enthousiasme, être ravie du résultat et apprécier les compliments des invités ;
  28. faire des listes, avec des projets d’écriture, des choses à faire, des courses, de bonnes raisons pour apprécier ses 37 ans ;
  29. ne rien faire, s’asseoir sur un banc, au soleil, écouter les insectes, les oiseaux, les bruits de la ville, regarder les gens qui passent et l’herbe qui pousse ;
  30. arracher des feuilles ;
  31. commencer un nouveau carnet ;
  32. écrire de la main gauche alors qu’on est droitière ;
  33. regarder de vieilles photos ;
  34. le hasard qui fait qu’on ait une heure inespérée de pause et qu’on puisse aller dehors regarder le temps passer ;
  35. faire des mots croisés ;
  36. imaginer, rêver, garder l’espoir ;
  37. cette sensation insaisissable et fuyante lorsque, assise sur la terrasse après le coucher du soleil, je regarde le ciel, les nuages, les montagnes au loin et le monde s’offre à moi avec une immensité de possibilités.

4 réflexions sur “37 choses qui me font apprécier mes 37 ans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.