Jacques le récidiviste (et son maître)

        Je vous dis maître, je suis partagé, je ne sais plus que penser de ce monde ici bas, ni de celui de là-haut d’ailleurs, s’il y en a un vraiment, car il n’y a rien d’écrit là-haut, j’ai vérifié, j’ai fait les plus grandes tours du monde, la Shanghai Tower, la One World Trade Center, la Burj Khalifa, et toutes les autres, et rien d’écrit là-haut, en tout cas rien qui en vaille la peine, juste « ne vous penchez pas par-dessus les barrières de protection » et vous voyez bien, je n’allais pas le faire, moi qui ai le vertige si je monte sur le toit du moulin d’en haut, je ne sais d’ailleurs pas comment j’ai fait pour tenir tous ces étages-là, saviez-vous, maître, que la Burj Kalifa a 163 étages, 163 maître, on m’avait dit cela en bas, je n’y croyais pas, remarquez, d’en bas on a du mal à voir le haut, de cette tour je veux dire, et l’ascenseur qui était en panne ce jour-là et rien d’écrit qui en vaille la peine en haut de toutes ces tours, du coup, me suis-je dit, je vais grimper le plus haut sommet, peut-être verra-t-on bien  quelque chose d’écrit là-haut, alors j’ai escaladé l’Himalaya, je puis vous dire maître qu’il fait tellement froid dans leurs montagnes là-bas qu’on en a le souffle coupé et même que, lorsqu’on souffle, ça fait de la neige en sortant, et quand on pleure, c’est comme de la grêle, j’ai cru que cette montagne allait bien avoir ma peau, mais finalement j’y suis parvenu, au sommet, et rien d’écrit là-haut non plus, remarquez, il y avait tellement de neige que ça brûlait les yeux et de toute façon on ne voyait pas grand-chose autour, mais rien d’écrit, j’ai bien cherché, et donc je vous demande maintenant, maître, si tout ce qui arrive de bien et de mal ici bas est écrit là-haut et que si on est allé là-haut et qu’il n’y a rien d’écrit, est-ce que cela voudrait dire que je peux enfin protester contre tout ce qui m’arrive et essayer de changer quelques virgules à ce pauvre Jacques le fataliste et à vous, son maître ?

Ce texte est le troisième d’une série de « classiques recyclés », pour lire le premier, c’est ici et pour le deuxième, c’est ici.

Une réflexion sur “Jacques le récidiviste (et son maître)

  1. Pingback: Redécouvrir les classiques à la librairie Torcatis | bastramu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.