6 Rue du Sentier

Petite maison en pierre, très ancienne, au début du quartier Saint Jacques, tout près de la place Cassanyes. Deux étages, mais vu la hauteur des fenêtres, on devine des plafonds très bas. Des volets bleus, fermés depuis longtemps. Façade dénudée, écorchée, exhibant des pierres de formes et couleurs différentes, irrégulièrement assemblées.

La maison est abandonnée depuis dix ans. Ou plus ? Non, dix ans, c’est bien. Mais il y a quinze ans déjà elle commençait à tomber en ruines, car ses derniers habitants, le vieux Jacques et sa femme Corinne, n’étaient plus en mesure de s’en occuper. Ils avaient tous les deux soixante-dix ans quand ils sont partis. Cela faisait cinquante ans qu’ils habitaient cette petite maison, tout le quartier les connaissait, Jacques le boulanger et sa femme Corinne qui tenait la boutique. Le meilleur pain de la ville. La boulangerie se trouvait sur la place, à côté du Bar Cassanyes. Fermée depuis plus de dix ans maintenant…

Des mauvaises herbes poussent entre les pierres et dans le cadre de la fenêtre du premier étage. Une espèce de tuyau rouge est accroché à la balustrade du deuxième, je ne comprends pas à quoi cela peut servir.

Elle a l’air triste, cette maison, comme si elle avait abandonné tout espoir, avec ses volets bleus sur lesquels on a cloué des planches en bois. Les mauvaises herbes qui envahissent la façade vont peut-être la protéger…

Un chien dort dans une cage improvisée juste devant la porte taguée de rouge. Il a l’air de garder quelque chose, mais quoi ? La maison ? Sûrement. Mais pourquoi ?

Je m’approche doucement, c’est un gros chien, gris avec des tâches, et même endormi il n’a pas l’air très aimable.

C’est Cerbère ! Il garde la porte de l’Enfer ! Bien sûr ! Comme il fait jour maintenant, il se repose, mais la nuit, gare à vous qui tentez de franchir le seuil de cette maison !

Un monsieur avec une canne passe.

– Vous allez la détruire ?

– Quoi donc ?

– La maison.

– Ah non, c’est pas moi qui vais détruire une belle maison comme celle-ci…

Le monsieur me regarde plus attentivement, fait un geste vers mon carnet, ne comprend pas.

– Vous êtes pas de la mairie ?

– Ah non, moi j’écris juste un texte sur cette maison, au numéro 6…

– Oh… c’est pourri ça !

– Qu’est-ce qui est pourri ?

– La maison. C’est tout pourri à l’intérieur, l’étage est tombé.

– Ah bon ?

– Oui, c’est pour ça qu’ils sont partis.

– Et … ça fait longtemps ?

– Oh, une dizaine d’années.

– …

– Oui, c’est pourri à l’intérieur… mais là, dit-il, en montrant l’immeuble en face avec sa canne, là c’est neuf, ils l’ont construit il y a pas longtemps, c’est bien.

Je me retourne vers un immeuble de trois étages, refait à neuf, tout propret, parfaitement insipide, portant encore une pancarte indiquant des travaux de réhabilitation réalisés avec des subventions.

– C’est moins joli quand-même, je réponds au monsieur.

Il fait un geste fatigué de son bras gauche et s’en va, tout doucement, sa canne fait un bruit sec contre le bitume.

Je retourne à ma petite maison. Le chien dort toujours dans sa cage improvisée. Le facteur passe avec un recommandé pour quelqu’un habitant au numéro 1. La personne se laisse attendre, le facteur crie devant les fenêtres ouvertes, le chien lève doucement la tête, ennuyé par le bruit. Une dame sort enfin, signe pour le recommandé, le facteur s’en va, la porte se referme, le chien retourne à sa sieste.

Avant de partir, je jette un dernier regard aux volets fermés. J’ai l’impression que les mauvaises herbes ont poussé un peu. Il y a peut-être encore de l’espoir. Si Cerbère fait bien son boulot.

Ce texte est le troisième d’une série portant sur le numéro 6 et certaines maisons de Perpignan. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.